LE LIQUIDE DE FREIN DE VOTRE PORSCHE 912 

Suite à la demande régulière des propriétaires de Porsche 912 à propos du liquide de frein à utiliser dans leur auto, il me semblait utile d’aborder le sujet
Cet article est établi afin de vous permettre d’y voir un peu plus clair.
Tout possesseur d’ancienne peut se retrouver devant le problème du choix du liquide de frein à mettre dans son auto. Pour commencer, il faut savoir que la force de freinage est transmise par un liquide à l’intérieur d’un circuit hydraulique.
Les liquides étant incompressibles, la force est transmise instantanément et sans aucune déperdition via les étriers et les plaquettes qui se resserrent sur le disque de frein ou les tambours.
A chaque freinage le frottement des plaquettes contre les disques créé une montée en température de plusieurs centaines de degrés ce qui, bien évidemment altère le liquide de frein progressivement.
Le liquide de frein absorbe l’humidité contenue dans l’air ce qui abaisse son point d’ébullition dans des proportions importantes (de 230 ° C à 165 ° C avec seulement 3% d’eau).
Dans ce cas, lors d’un freinage important le liquide en ébullition est mélangé à des gaz compressibles ce qui peut avoir pour effet une pédale molle qui se retrouve au plancher donc inefficace.

Le liquide de frein
                      Point d’ébullition :
C’est là leur caractéristique principale. Lors d’un freinage, l’énergie cinétique du véhicule est transformée en chaleur au niveau des garnitures de frein et des disques. Cette chaleur peut être très importante (disque de frein porté au rouge sur les voitures de compétition). Une partie de cette chaleur est transmise au liquide de frein par conduction. Si le liquide de frein se met à bouillir, des bulles de gaz apparaissent dans le circuit et le freinage devient inefficace (puisque les bulles, sont compressibles, elles).
                           Fluidité : Il est impératif que le liquide garde une grande fluidité à froid et à chaud. Si le liquide de frein fige comme votre huile de cuisine par grand froid, il aura beaucoup de difficulté à transmettre la pression de la pédale vers les pistons. D’autant plus que les tubulures ne sont pas d’un très gros diamètre !
Lubrification : Le fluide utilisé participe à la lubrification des pièces en mouvement dans le circuit de freinage (joints, pistons).
                       Protection anticorrosion : Les organes hydrauliques de freinage étant en acier et non peint, ils sont sensibles à l’oxydation (rouille). L’eau étant un puissant oxydant, c’est l’un des points faibles des liquides de freins classiques, qui se chargent très rapidement en eau avec l’humidité de l’air.
                      Compatibilité avec les joints : L’étanchéité est généralement faite par des matériaux souples, et les caoutchoucs tiennent la vedette dans ce rôle. Il semble évident que le liquide de frein ne doit pas réagir pas avec les caoutchoucs. Pourtant il faut être attentif, car les caoutchoucs ont énormément évolués depuis le caoutchouc naturel utilisé il y a encore 30 ans. Nos Porsche les plus anciennes, ont été équipées d'origine de pièces comportant du caoutchouc naturel, et certain liquide moderne ne sont pas compatibles avec ces joints
Propriétés des liquides de frein
Les liquides de frein sont classés en différentes catégories, par le « Departement Of Transportation américain » d'où le sigle DOT. De nos jours, ce ne sont quasiment que  des liquides synthétiques. Ils peuvent être à base de poly glycols, de silicones, d'esters boriques ou d'esters siliciques.
Les liquides de frein contiennent aussi des solvants diluants, qui ont pour principale fonction de maintenir les différents composants en une seule base liquide, ainsi qu'un solvant de couplage (généralement des alkylène glycols) qui réduisent l'agressivité du liquide vis-à-vis des élastomères. La formulation intègre également régulièrement des inhibiteurs de corrosion et d'oxydation.

Différents types de liquide de frein

 
   Les synthétiques :
A base de poly glycols (DOT3, 4 et 5.1), ils sont de couleur ambre.

 Les plus courants. Ils sont miscibles entre eux et compatibles avec tous les caoutchoucs synthétiques d'étanchéité des circuits de freinage modernes. Ils sont classés selon plusieurs critères dont leur point d'ébullition (indice DOT). Attention aux véhicules anciens pouvant être équipés de caoutchoucs naturels ! 

        Les silicones : DOT 5 de couleur violette.   

Conçus aux USA pour l’armée, répondant à un cahier des charges précis. Ces véhicules étant immobilisés longtemps, ils doivent toutefois être opérationnels instantanément. Utilisant à cet effet des liquides à base de silicone ne se chargeant pas d'humidité. C'est pour cette raison que le milieu des amateurs d'automobile de collection s’est intéressé à ce produit. Attention à ne pas confondre ce liquide DOT 5, avec le  DOT 5.1.
Si une goutte d'eau pénètre dans le circuit de freinage (passage du véhicule dans de l'eau, lavage), elle se retrouvera au point le plus bas en principe, les pistons récepteurs de frein, car l'eau est plus dense que le liquide DOT 5. Elle provoquera une oxydation du cylindre et va risquer de bouillir lors d'un freinage appuyé.
Ils ne sont pas miscibles avec les liquides synthétiques. Il faut un circuit parfaitement propre (démontage) pour passer d'un liquide synthétique au liquide silicone. De plus, les liquides aux silicones imbibent très rapidement les joints d'étanchéité caoutchoucs.

Leurs propriétés :

-DOT 3  

Avantages : Moins hygroscopique que le DOT 4.A vidanger tous les deux ans. Le moins cher, peu d’entretien, mais prévu pour une utilisation sage du véhicule.
Inconvénients : Point d’ébullition bas. Hygroscopique (se charge d’eau). Altère la peinture automobile.

 
-DOT 4   

Avantages : Produit standard, facile à trouver. Point d’ébullition plus haut que le DOT 3 (plus performant).
Convient à une utilisation musclée de votre véhicule
Inconvénients : Relativement hygroscopique (prend plus rapidement l’humidité que le DOT 3). Oxydant quand il est chargé d’eau. Altère la peinture automobile.
A vidanger tous les ans.

 
-DOT 5.1   

 

Avantages : Produit encore plus performant que le DOT 4 à propos du point d’ébullition.
Convient à une utilisation musclée de votre véhicule
Inconvénients : Les même que le DOT 4.

 
-Silicones (DOT 5) !!   

Avantages : N’attaque pas la peinture automobile. A réserver aux utilisateurs ne freinant pas violemment.
Aux accidents de manipulation (n’abîme pas la peinture).
Aux véhicules immobilisés dans un musée.
Aux véhicules à l’abris de l’eau.
Inconvénients : Nécessité de changer tous les joints caoutchoucs lors du passage d’un liquide synthétique au liquide silicone. Plus compressibles qu’un liquide synthétique, plus difficile à purger et pédale spongieuse. Produit onéreux. La rareté du produit impose d’en transporter un bidon toujours dans la voiture en cas de besoin urgent.
-Liquides haute température pour la compétition.     
Avantages : Produit avec un point d’ébullition très haut.
Inconvénients : Se dégrade extrêmement rapidement à cause de l’humidité. A réserver à la compétition où l’on a les moyens financiers de le remplacer très fréquemment.
Attention, les bidons une fois ouverts, absorbent l’humidité de l’air ce qui altère leurs performances. Il est donc impératif, lors d’une vidange du circuit de freinage, de remplacer son liquide par du neuf.
Cette opération n’est pas très difficile à effectuer mais nécessite cependant méthode et l’aide d’une personne ne sera pas superflue.
Elle devra être effectuée au moins une fois par an, pour conserver un freinage sécurisant et un circuit protégé de la corrosion.
Dans tous les cas vérifiez l’état du liquide de frein tous les 10000 km.
Mon avis personnel :
L’utilisation du DOT 4 ou du DOT 5.1 est préférable, car il permet de repousser le phénomène de perte d’intensité de freinage lorsque le liquide commence à bouillir.

retour documentation la912